En savoir plus sur Minga

Le Système d'Analyse des Filières a été créé à l'initiative de l'association Minga - Faire ensemble, dans un souci de transparence des pratiques des acteurs économiques.

alt Créée en 1999, Minga regroupe des entreprises, des associations et des particuliers dont l’objectif est de participer par leurs manières de travailler, de produire, de transformer, d’échanger ou de consommer au développement d’une société plus équitable... Elle est à la fois une organisation professionnelle, pour défendre les intérêts de ses membres, et une organisation politique, pour agir ensemble pour une économie équitable.

Rechercher l’équité en matière commerciale, c’est, pour les membres de Minga, avoir une exigence de cohérence entre les objectifs sociaux et écologiques que l’on défend, les moyens commerciaux que l’on choisit et les modes de consommation que l’on adopte. Cette démarche qui vise à associer le dire et le faire, est autant une affaire de volonté individuelle pour concilier ses choix de consommation et ses convictions, que d’engagement collectif pour dépasser un économisme qui interdit de penser toute perspective de renouvellement d’un projet de société.

A travers de nouvelles manières de travailler, de commercer et de consommer, les membres de Minga initient des alternatives économiques à un capitalisme débridé. Les luttes pour la souveraineté alimentaire et pour la préservation de la biodiversité, les membres de Minga les mènent avec tous leurs partenaires, en France comme à l’international, en développant des pratiques commerciales plus équitables et moins aveugles.

En levant le voile de la question du secret commercial par l’examen des pratiques tout au long d’une filière, en exigeant plus de transparence sur les coûts, les prix et la répartition des marges et en oeuvrant à la mise en place de systèmes de garantie participatifs, les membres de Minga proposent une nouvelle forme populaire de régulation économique là où le rapport capital/travail et l’intervention des Etats n’y suffisent pas.

Minga participe d’un mouvement mondial de citoyenneté économique engagé dans la relocalisation de l’économie, pour que mondialisation rime avec protection de la biodiversité et souveraineté des peuples.